Refaire, à la mosquée, une prière en groupe après la prière de l’imam – Shaykh Khalid Ibn Abderrahman

Refaire, à la mosquée, une prière en groupe après la prière de l’imam – Shaykh Khalid Ibn Abderrahman

twitteryoutubeinstagram

SHAYKH KHALID IBN ABDERRAHMAN (حفظه الله):

Saalih (Abu Al Fadhl, fils de l’imam Ahmed) a dit :  « Le vendredi, il priait dans la mosquée où se faisait le Joumou’a ou alors il partait prier dans d’autres mosquées. Et je l’ai accompagné le jour du Joumou’a à la mosquée « al Jami’ » ».

Al Jami’: C’est-à-dire la mosquée où l’on prie la prière du Joumou’a, on l’appelle mosquée « al Jami’ ». Si on n ‘y prie pas la prière du Joumou’a, on ne l’appelle pas la mosquée « al Jami’ ».

Il a dit:  « Et je l’ai accompagné le jour du Joumou’a à la mosquée « al Jami’ », mais en arrivant j’ai vu que les gens étaient déjà partis ».

Ils ont donc manqués la prière du Joumou’a,

 « Mon père est entré dans la mosquée, nous sommes entrés dans la mosquée et Ibrahim Ibn Hani An-Naysaburi nous accompagnait, mon père s’est avancé, nous avons alors prié en groupe le Dhuhr en quatre unités. ».

Il a dit -l’Imam Ahmed- : « Certes Ibn Mass’oud a fait ainsi avec ‘Alqama et Al Aswad », puis Saalih a mentionné la chaîne de transmission du fait qu’Ibn Mass’oud ait refait la prière en groupe.

Il a dit:  « Mon père m’a rapporté que Abderrahman Ibn Mahdi a entendu de Sufyan qu’il a entendu Hassan Ibn Oubeydillah dire: « J’ai raté la prière du Joumou’a avec Zir, nous avons alors prié en groupe, j’ai rapporté cela à Ibrahim, il a dit qu’Ibn Mass’oud a fait ainsi avec ‘Alqama et Al Aswad le jour du Joumou’a ».

Makhladi a dit: Abu Bakr Al Isfirahini a dit « j’ai demandé à Ibrahim Ibn Hani sur cela, je lui ai dit « Est-ce que vous avez raté la prière du Joumou’a alors que vous étiez avec Ahmed puis il a prié avec vous quatre unités? », il a répondu:  « Oui ».

Et Al Isfirahini m’a informé que Saalih nous a rapporté que son père lui a rapporté que ‘Abderrazaq lui a rapporté que Sufyan a rapporté que Hassan Ibn ‘Oubeydillah a dit: « J’ai prié avec Zir qui mena la prière, nous avions raté le Joumou’a », j’ai alors demandé à Ibrahim, qui dit: « C’est comme cela que Abdallah (Ibn Mass’oud) a prié avec ‘Alqama et Al Aswad »,  Sufyan a dit: « Et je l’ai certes fait avec Al A’mash ».

Mon père a dit (L’Imam Ahmed): « Et a certes fait ainsi Ilyes Ibn Mou’awiyah et il était le Qadi (juge) de Bassora. ».

Puis il a rappelé la chaîne de transmission de Al Makhlidi jusqu’à Saalih, puis il a dit:  « Mon père m’a rapporté que Zayd Ibn Houbab a rapporté que Houmayd Ibn ‘Ubayd a dit: « je suis venu à la mosquée le jour du Joumou’a, j’ai trouvé les gens qui ont terminé de prier, et Ilyes est arrivé alors qu’il était le Qadi de Bassora. Il a dit : nous avons prié en groupe avec lui dans un angle de la mosquée, il (Ilyes) s’est avancé (pour faire l’imam) et nous avons prié en groupe ».

Mon père a dit: « Souwayb Ibn Ghafala a prié alors qu’il rata la prière du Joumou’a, il a alors prié le dhur en groupe ».

Saalih a dit:  « Mon père m’a rapporté que Abderrahman Ibn Mahdi nous a rapporté de Abi ‘Awaana que certains de ses compagnons rapportent que Souwayb Ibn Ghafala a raté la prière du Joumou’a et qu’il a fait ainsi ».

L’aboutissant de ces Athars et de ce qu’a fait l’Imam Ahmad est que l’imam Ahmed (رحمه الله) voyait qu’il est légiféré de refaire une prière en groupe pour celui qui a raté la première prière de groupe.

Si l’Imam Ahmed ratait la prière en groupe alors il refaisait une prière en groupe (à la mosquée) ou organisé une autre prière en groupe.

Et sur cette question, l’imam Ahmed a contredit son Shaykh As-Shafi’i.

Shafi’i a dit dans Al Umm, dans le volume 1, chapitre de la prière, avant le chapitre sur les vertus de la prière en groupe: « Je déteste lorsqu’un homme ou des hommes ratent la prière en groupe dans une mosquée où il y a un imam régulier, je déteste qu’il ou ils prient en groupe (une nouvelle fois), et je préfère qu’ils prient chacun de leurs côtés, mais si ils prient en groupe alors leur prière est valable, mais je déteste cela parce que les prédécesseurs ne l’ont pas fait, de plus ils ont détesté cela.», voilà le sens de la parole de l’imam As-Shafi’i dans Al Umm.

Et l’imam Ahmed se distinguait par une qualité immense. Si l’imam Ahmed ne rapportait pas dans une question (religieuse) un Hadith du Prophète (صلى الله عليه و سلم) alors il rapportait des Athars (de Compagnons ou Prédécesseurs), à condition qu’il ne trouvait pas un Hadith interdisant ce qui est déduit de ces Athars. Et quiconque a étudié les questions (religieuses) de l’imam Ahmed, et a compris les fondements de l’imam Ahmed, conclu que l’imam Ahmed faisait parti des grands imams qui mettaient en valeur les Athars, surtout ceux des Compagnons.

Et il est rare que l’imam Ahmed contredise les Athars, à l’inverse des autres, plutôt à l’inverse de beaucoup de savants contemporain de l’imam Ahmed.

Il se peut qu’ils (ces autres savants) citent un Athar des Compagnons puis ne l’utilisent pas comme preuve. Si l’imam Ahmed trouvait un Athar Sahih (authentique) d’un Compagnon ou d’un autre dans une question religieuse, alors l’imam Ahmed ne délaissait ces paroles.

C’est pour cela que tu trouveras dans la plupart des questions de Fiqh où les Compagnons ont rendu un avis, que l’imam Ahmed prend de leurs paroles, et cela par politesse et Wara’ (la bonne abstinence).

Il se peut que certains savants comme l’imam As-Shafi’i, ne voient pas ces Athars comme une preuve et ne l’applique pas. Mais l’imam Ahmed était le plus accroché aux Athars et aux paroles des Compagnons par rapport aux autres savants.

Parmi ces questions, où divergent l’élève et son Shaykh, l’élève c’est l’Imam Ahmed et son Shaykh c’est l’imam As-Shafi’i, il y a cette question: « refaire une prière en groupe pour celui qui n’a pas n’a pas prié la première prière en groupe ».

L’imam Shafi’i détestait cela à cause du fait que les Prédécesseurs ne l’ont pas fait. L’imam Ahmed a autorisé, ou plutôt, il voit que cela est légifère de refaire une prière en groupe pour celui qui a raté la première prière.

En vérité cette affaire comporte deux questions:

– Une où est rapporté un Hadith authentique.

– Et une autre avec divergence.

Celle où il y a un Hadith authentique, c’est le Hadith de Tirmidhi où le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a prié un jour avec ses Compagnons, puis lorsqu’ils ont terminé la prière, un homme est arrivé alors qu’il n’avait pas prié, alors le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : « Qui se lèvera et qui fera aumône à son frère ? »  alors un homme se leva et fit avec l’homme une prière en groupe.

Pour cette situation on trouve donc ce Hadith authentique et clair: « de refaire la prière en groupe avec une personne qui a prié la première prière en groupe.». Et ceci est légiféré, et qu’importe celui qui le contredit, car quand un Hadith est authentique, toute autre parole est vaine.

Pour nous, dans la question de « refaire la prière en groupe », il y a donc deux situations:

– La première situation est que tu pries avec celui/ceux qui ont prié la première prière en groupe, et cela est prouvé par le Hadith de Tirmidhi et autres, et c’est un Hadith authentique.

– La deuxième situation est que tu constitues une seconde prière en groupe sans que ne se trouve parmi vous une personne ayant prié la première prière en groupe. Et cela est une autre situation qui, chez Shafi’i, n’est pas permise et est détestable, et qui est légiférée chez l’imam Ahmed.

Et je prenais pendant de nombreuses années de la Fatwa de l’imam Shafi’i, et je prenais pour preuve ce qu’a rapporté l’imam Ibn Abi Shayba dans Al Musanaf, avec une bonne chaîne de transmission de Hassan Al Basri qui dit:  « Lorsque les Compagnons du Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) arrivaient dans une mosquée où la prière de groupe a déjà été faite, ils priaient chacun de leur côté. ».

Al Hassan a montré que cette chaîne de transmission est bonne, que lorsque les Compagnons arrivaient dans une mosquée où la prière de groupe a déjà été faite, ils priaient chacun de leur côté.

Et c’est la parole de l’imam Shafi’i qu’il mentionna dans Al Umm a l’endroit que j’ai cité. Le propos est appuyé et renforcé avec ce qui a été rapporté via une bonne chaîne de transmission du Prophète (صلى الله عليه و سلم) ,qui est rentré de voyage et est parti dans la mosquée, il trouva les gens qui ont déjà prié, il se rendit alors chez sa famille et il a prié une prière en groupe avec eux.

Et cet avis a été soutenu par le Shaykh des gens de la Sounnah, Shaykh Al Albani (رحمه الله), d’une puissante argumentation. Et il prenait pour preuve ce que je viens de vous narrer.

Puis après cela, l’imam Ahmed autorisa, ou plutôt a dit, qu’il était légiféré de refaire la prière en groupe. Je dis comme a dit l’imam Ahmed.

Et il a été prouvé que Al Hassan Al Basri, avec une puissante chaîne de transmission de la part de Houchay, avec une chaîne de transmission continue jusqu’à Al Hassan Al Basri, et cette chaîne de transmission est plus forte que la première chaîne de transmission où il est dit  « Lorsque les Compagnons du Messager d’Allah (صلى الله عليه و سلم) arrivaient dans une mosquée où la prière de groupe a déjà été faite, ils priaient chacun de leur côté ».

Cette (nouvelle) chaine de transmission est plus forte que celle-ci. Al Hassan a dit:  « Ils (les Compagnons) ne refaisaient pas la prière en groupe par peur du Sultan »

C’est à dire qu’ils délaissaient le fait de refaire la prière en groupe, non pas parce que cela n’est pas légiféré, mais parce que le Sultan interdisait qu’ils la refassent. Donc si il n’y avait pas l’interdiction du Sultan, ils l’auraient refaite.

Ibn Abi Shayba a éclairci cela dans Al Musanaf et il a dit: «Chapitre de celui qui pense que lorsqu’on arrive à la mosquée et que la prière en groupe a été faite, alors qu’on fasse une autre prière en groupe » et il a rapporté avec une chaîne authentique avec des rapporteurs approuvés dans les deux Sahih (ou les deux Shouyoukh – Al Bukhari et Muslim) de Anas Ibn Malik; il dit (Ibn Abi Shayba):  « Anas Ibn Malik arriva à la prière d’al Fajr et nous avions déjà prié, il ordonna à ceux qui étaient avec lui de faire l’adhan, puis il pria deux unités, puis il ordonna de faire al Iqama et il pria en groupe avec ceux qui l’accompagnaient. »  et cette chaîne de transmission est forte et n’est pas critiquable, rapporté par Ibn Abi Shayba (رحمه الله).

En conclusion, la vérité, ou ce que je pense comme avis prépondérant dans cette question avec les preuves, est ce vers quoi a penché l’imam Ahmed ici, comme vous l’avez vu. Et on terminera après l’Adhan.

(Adhan)

Donc l’imam Ahmed, a choisi de « refaire la prière en groupe », contredisant ainsi son Shaykh l’Imam Shafi’i. Ce qui paraît, et Allah est plus savant, est que la vérité est avec Abou Abdillah l’imam Ahmed, et non avec Abi Abdillah Shafi’i.

Comme je l’ai mentionné, Shaykh al Albani disait comme Shafi’i, et il a défendu son avis, et il est mort en étant de cet avis.

Et nous, nous ne faisons pas l’imitation aveugle envers qui que ce soit dans notre religion, mais nous faisons l’éloge des savants de la Sounnah de toute part.

Donc ce qui est rapporté de Al Hassan avec une chaîne de transmission forte, « ils (les Compagnons) ne refaisaient pas la prière en groupe de peur du sultan», puis il a été rapporté avec une chaîne forte et authentique que Anas Ibn Malik a refait la prière de groupe, lui et ceux avec qui ils étaient.

Cela est plus convenable et plus sûr d’être suivi, surtout qu’il n’a pas été rapporté de certains Compagnons qu’ils le renie.

Quant à ce qui est rapporté du Hadith: « Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est revenu de voyage et il a trouvé les gens qui ont fini la prière en groupe, il est rentré chez lui et a prié la prière en groupe avec sa famille », cela ne contient pas de reniement. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) est arrivé et a trouvé que les gens ont déjà prié, de même qu’il n’a pas trouvé un autre groupe pour prier, il n’a également pas prié avec des gens ayant fait la première prière.

Tout comme le fait qu’il n’ait pas prié avec ceux qui ont prié dans le premier groupe n’en renie pas pour autant la légitimité (c’est-à-dire de former un second groupe contenant des personnes du premier groupe), il en est de même s’agissant de la formation d’un second groupe indépendant.

Et il n’y a aucun doute que la compréhension des textes par les Compagnons (رضي الله عنهم) est meilleure que la compréhension d’autres qu’eux. Et c’est pour cela que l’Imam Shafi’i (رحمه الله) a dit dans son livre Al Umm qu’il désapprouvait cela et a cité la cause, qui est: « Parce que cela n’était pas fait par les Prédécesseurs », et l’imam Shafi’i ne rapporte pas ce qui a été rapporté de Anas Ibn Malik, et ne l’a pas critiqué (le Hadith) ou affaibli.

En conclusion, la vérité dans cette question est en contradiction avec l’avis de l’imam Shafi’i, (la vérité) c’est plutôt l’avis de Abi Abdillah et l’Imam Ahmed, avec les preuves que j’ai rapporté.


(Source : Biographie de l’imam Ahmed par Shaykh Khalid Ibn Abderrahman, cours n°3 à partir de la minute 37:45)


Traduit par l’association Sounna de Denain


Lien de téléchargement du PDF: https://drive.google.com/uc?export=download&id=0BzasLixSH_gRZzJyNDNjWWxjbDQ

Facebooktwittermail
this site uses the awesome footnotes Plugin