Mon pouvoir contre un Hadith

Mon pouvoir contre un Hadith

twitteryoutubeinstagram

Mohamed bn el-Hussein bn Mohammed el-Katib (décédé en 360 de l’Hégire) a dit :

« Je ne pensais pas qu’il y avait dans cette dounia une douceur meilleure que la gouvernance et le pouvoir que j’avais, jusqu’à ce que je vois l’échange entre Suleyman bn Ahmed at-Tabarani et Abou Bakr al-Ji’abi.

At-Tabarani était supérieur à al-Ji’abi du point de vue de sa grande mémorisation, mais al-Ji’abi était supérieur à at-Tabarani du point de vue de son intelligence, l’intelligence des gens de Bagdad. Ils échangèrent au point que leur voix s’élevèrent, sans qu’aucun n’arrive à avoir le dessus sur l’autre.

Al-Ji’abi dit : “J’ai un Hadith que je suis le seul à avoir dans le monde entier.” At-Tabarani lui dit : “Rapportes-le.”

Al-Ji’abi dit : “Abou Khalifa a informé que Sulayman bn Ayyoub a informé…” Il a cité le hadith.

At-Tabarani a dit : “Je suis Sulayman bn Ayyoub, et c’est de moi qu’Abou Khalifa a entendu, alors écoutes-moi pour que ta chaîne de transmission sois meilleure, car tu rapportes de Abou Khalifa qui rapporte de moi.”

Al-Ji’abi eu honte, et at-Tabarani pris le dessus sur lui.

Alors j’ai souhaité que ma gouvernance et mon pouvoir ne soit pas à moi, que je sois at-Tabarani, et que je me réjouisse du même réjouissement qu’at-Tabarani, à cause du Hadith. ».

 


[انظر: الجامع لأخلاق الراوي للخطيب (2/275)، وترجمة أبي القاسم الطبراني لابن منده (ص 346)]

(Traduit par le frère Sofiane Abou Abdarahman)


Facebooktwittermail
this site uses the awesome footnotes Plugin