Quelle observation lunaire doit-on suivre ? Shaykh Al ‘Uthaymin (رحمه الله)

Quelle observation lunaire doit-on suivre ? Shaykh Al ‘Uthaymin (رحمه الله)

twitteryoutubeinstagram

Shaykh Al ‘Uthaymin (رحمه الله) a dit dans son commentaire (1) agréable du livre ” « zad al moustaqni’» de L’imam al Hijaawi, chapitre du jeune:

(NDT: 1er avis) Quant à sa parole (NDT: celle de l’Imam al Hijaawi): « Et si les habitants d’un pays le voient (ndt: le croissant lunaire de Ramadan) alors tout le monde devra jeûner. »

Ce qui est voulu par «les habitants d’un pays », c’est-à-dire ceux dont la vision de l’apparition du croissant est recevable. C’est donc un jugement général bien que ce soit le spécifique qui est visé. N’est donc pas visé tous les habitants du pays, qu’ils soient âgés ou jeunes, hommes ou femmes, plutôt si la vision est avérée quelque part, il est donc obligatoire à tout le monde de jeûner, à l’Est et à l’Ouest de la Terre.

Cela est prouvé par la parole du Prophète ﷺ: « Jeûnez à sa vision, et rompez à sa vision » (2) ) .

Cela est plus propice à l’union des musulmans, à unifier leur parole et empêcher qu’ils se divisent entre eux de sorte que certains rompent et d’autres jeûnent. Et s’ils se réunissent en ayant une même journée de jeûne et de rupture, cela serait meilleur et plus à même de renforcer les musulmans dans leur union, l’unité de leur parole et c’est une chose prise en considération par là Législation.

D’après cela, si la vision est avérée à l’heure d’Al Maghrib en Amérique, il est obligatoire de jeûner même pour ceux qui se trouvent en Chine, malgré la distance qui sépare les lieux d’apparition de la Lune.

Le deuxième avis: Il n’est obligatoire de jeûner que pour ceux qui le voient (ndt: c’est-à-dire le croissant lunaire de Ramadan) ou ceux qui sont dans le même cas, c’est–à-dire qu’ils partagent les mêmes lieux d’apparition de la nouvelle lune.

Mais si l’apparition de la nouvelle lune diffère (ndt: entre les lieux), il n’est pas obligatoire alors de jeûner (ndt: pour celui qui ne la voit pas).

A ce propos, Ibn Taymiyyah (رحمه الله) a dit : « Les lieux d’apparition du croissant lunaire varient selon le consensus des astronomes. Ainsi, si la vision du croissant lunaire se concorde dans les lieux d’apparition, le jeûne devient alors obligatoire à tous. Sinon il ne l’est pas. Les savants qui ont adopté cet avis ont déduit cela du Texte et par analogie ».

Quant au Texte, c’est :

1 – La parole du Trés-Haut (dans le sens) : {{ Quiconque d’entre vous est présent quant à l’entrée du mois (ramadan), alors qu’il le jeûne ! }} (3) et ceux qui ne sont pas en concordance avec ceux qui ont vu le croissant lunaire, on ne peut en effet pas dire qu’ils ont vu (ndt: le croissant lunaire) ni réellement, ni par jugement. Et Allah n’a rendu obligatoire le jeûne que pour celui qui a vu l’entrée du mois.

2 – La parole du Prophète (ﷺ) : « Jeûnez à sa vision (ndt: le croissant lunaire du mois de Ramadan), et rompez le jeûne à sa vision (ndt: croissant lunaire de Chawwal)» (4). Dans ce hadith, le Prophète (ﷺ) a donné comme motif à son ordre de jeûner le fait de voir le croissant lunaire. Ainsi, celui qui ne concorde pas avec celui qui a vu le croissant lunaire, on ne peut pas dire en effet qu’il a vu (le croissant lunaire) ni réellement, ni par jugement.

3 – Le hadith d’Ibn ‘Abbas (qu’Allah les agrée) selon lequel Oummou Al-Fadhl Bint Al-Hârith a envoyé Kourayb en mission chez Mou`awiya au Châm. Il retourna alors à Médine, vers la fin du mois, et Ibn `Abbas l’interrogea au sujet de l’observation du croissant lunaire (de Ramadan) dans le Châm, Kourayb répondit:

«Nous l’avons vu la nuit de vendredi». Ibn ‘Abbas lui dit : « En ce qui nous concerne, nous l’avons vu la nuit de samedi et nous ne cesserons de jeûner jusqu’à ce que l’on termine trente jours, ou que nous observons [la nouvelle lune de Chawwal] ». Kourayb demanda : « Ne te contentes-tu pas de l’observation de Mou`awiya et son jeûne ? », Ibn Abbas répondit : « Non ! C’est ainsi que le Messager d’Allah (ﷺ) nous a ordonné de faire » (5).

Et en ce qui concerne l’analogie: c’est que les horaires quotidiens chez les musulmans diffèrent d’après le Texte et le consensus. Ainsi, quand l’aube se lève à l’Est, il n’est pas une obligation pour les gens se trouvant à l’Ouest de s’abstenir de manger selon la parole du Très Haut : {{ Mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit }} (6). De la même manière, si le soleil se couche à l’Orient, ceux qui se trouvent à l’Occident n’ont pas à rompre leur jeûne.

Ainsi, de la même façon que les musulmans divergent concernant la rupture et le jeûne quotidien, il faudra qu’ils divergent aussi sur l’horaire du jeûne et de sa rupture mensuelle. Et ceci est une analogie évidente.

Et c’est cet avis qui est prépondérant, et c’est celui qui est appuyé par les preuves. C’est pour cette raison que les Gens de science disent que, si les gens de l’Orient voient le croissant lunaire (du mois de Ramadan), il est une obligation pour les gens de l’Occident qui se trouvent sur la même longitude de jeûner.

Car les lieux d’apparition de la nouvelle lune sont identiques, et il est évident que si le croissant lunaire en Orient est en retard par rapport au soleil, ce sera à plus forte raison le cas pour la région orientale, car le déplacement de la lune est lent (par rapport au soleil), comme l’indique la parole du Tres-Haut: {{ Et par la lune quand elle le suit (le soleil)! »}} (7).

Cependant si les gens de l’Occident voient le croissant lunaire, est-il une obligation pour les gens de l’Orient de jeûner ? La réponse est non, car il est possible que l’observation de la Lune s’attarde sur cette distance.

Troisième avis: C’est que les gens dépendent du gouverneur, s’il jeûne, ils doivent jeûner, et s’il rompt, ils doivent rompre. Et si le Califat englobait l’ensemble des musulmans et que les gens le voient dans le pays du Calife, puis celui-ci confirme la vision, il est alors obligatoire à tous ceux sous son autorité à l’Est comme à l’Ouest de jeûner ou de rompre pour ne pas que la communauté diverge alors qu’elle est sous une autorité unique. Il y aurait alors des discordes et divisions. (…)

Et du point de vue du Texte, sa parole ﷺ: « Le jeûne c’est le jour où les gens jeûnent, et la rupture est le jour où les gens rompent. » (8).

Les gens dépendent donc du gouverneur, et le gouverneur doit appliquer selon l’opinion prépondérante dans la divergence sur les lieux d’apparition (9). Et la pratique des gens de nos jours est sur cela. Si elle est avérée (ndt: la vision) auprès du détenteur de l’autorité, il est alors obligatoire à tous ceux sous son autorité de jeûner ou de rompre. Et cela d’un point de vue sociale est une opinion forte.

Même si on adopte la seconde opinion qui stipule que les lieux d’apparitions différent, il est obligatoire à celui qui est d’avis que la question est basée sur la différence des lieux d’apparition (ndt: le second avis) de ne pas manifester sa divergence (ndt: Et donc de se ranger) avec ce sur quoi les gens sont (ndt: c’est à dire qu’ils suivent leur gouverneur malgré que rien n’est apparu dans leur région).

Quatrième avis: Ce qu’implique la vision (ndt: c’est-à-dire jeûner ou rompre le jeûne) devient obligatoire à tous ceux à qui parvient l’information durant la nuit. Et cela en réalité ressemble au Madhab (ndt: de l’Imam Hijawi, soit le premier avis) qui serait mise en pratique à notre époque. Car il est possible que l’information parvienne à toutes les régions du monde en moins d’une nuit. Mais elle diffère de cette opinion dans le cas où les moyens de communication seraient inexistants. | Fin de citation.

Pourquoi n’y a t’il pas de cinquième avis concernant le calcul astronomique ?


Lien de telechargement pdf: Ici


Traduit par l’Association Sunna.


 

 

Facebooktwittermail

Notes de bas de pages   [ + ]

1. NDT: Le Shaykh part du Madhab de l’auteur, qu’il explique et détail, puis il rapporte d’autres avis s’il y en a et met en évidence celui qui selon lui est prépondérant. Il faut donc bien lire jusqu’au bout pour voir l’avis préférentiel du Shaykh.
2. Rapporté par Al Boukhari et Mouslim, sElton Abou Hourayrah (رضي الله عنه
3. Sourate 2 Al Baqarah verset 185
4. Rapporté par Al Boukhari (1909) et Mouslim (1081)
5. Rapporté par Mouslim (1087)
6. Sourate 2 Al Baqarah verset 187
7. Sourate 91 Ach-Chams verset 2
8. Rapporté par Tirmidhi, Ibn Majah, Daraqutni, Abou Dawud
9. NDT: C’est à dire que le gouverneur doit appliquer le second avis et les gens le suivre en cela. S’il opte pour le calcul alors il n’est pas permis de le suivre mais il ne faut pas créer de trouble pour autant. Si Allah nous en donne le temps nous traduiront la dessus également.
this site uses the awesome footnotes Plugin